Après un concert

Intégrale des Sonates et Partitas de Bach


Voici quelques mots au sujet d'un concert que je ne suis pas prête d'oublier !
Nous étions un petit groupe d'élèves à partir du conservatoire, le 1er juillet, réparti dans les voitures d'Hélène et Jean-Luc, direction la Franche-Comté.
Au bout de 2h de route, nous sommes arrivés à Marast, petit village dans un joli paysage champêtre. Dans le tintement des cloches de vaches, nous nous sommes dépêchés vers le lieu du concert : un magnifique et très vieux prieuré.
C'est dans ce lieu que le violoniste Régis PASQUIER nous a offert l'intégrale des sonates et partitas de J.S. BACH pour violon seul, par coeur !
Avec le climat qui s'est installé dans le prieuré au fur et à mesure que se déroulait le concert nous avons compris que le violoniste voulait avant tout partager la musique avec le public et nous la rendre la plus claire possible. Parfois, il prenait la parole et, avec une grande modestie, nous parlait de sa façon de voir la musique de Bach, d'interpréter telle ou telle tonalité... Il nous a expliqué que, pour lui, c'était avant tout par pur plaisir qu'il réalisait ce chef d'oeuvre. Pour ma part, j'ai particulièrement admiré sa façon de rendre à cette musique si "complexe" une grande simplicité, c'est comme s'il nous guidait dans notre écoute en nous faisant ressortir les éléments importants. Son interprétation des fugues m'a beaucoup plu. Bien entendu, il y avait toujours certains passages que je ne voyais pas de la même façon, questions de goûts!
C'est ainsi que, vers 22h, emplis de cette merveilleuse musique (et une dédicace à la main ! ! ), nous avons repris la route vers l'Alsace.
Un moment merveilleux et inoubliable!

(Solvejg 16 ans)

Vendredi 05 octobre 2007 à Guebwiller

J'ai assisté au concert donné par le Quatuor Manfred et la pianiste Dany Rouet à l'église des Dominicains de Guebwiller.En première partie,le Quatuor Manfred a joué "La jeune fille et la mort" de Schubert qui s'est inspiré d'un poème avant de le composer.J'ai beaucoup aimé le jeu brillant du 1er violon(Marie Béreau) et la sonorité du violoncelliste.L'ensemble était très uni et homogène.En deuxième partie,Dany Rouet s'est jointe au quatuor pour le 1er concerto de Chopin.Ce qui était original,c'était que l'orchestre était entièrement assuré par le quatuor.J'ai surtout aimé l'Allegro maestoso et le Rondo vivace mais le reste ,en fait, était aussi super!

(Anne-Cosima 12 ans)

29 septembre 2007 aux Tanzmatten à Sélestat, "concert diaporama Vauban"

Le samedi 29 septembre 2007, j'ai assisté au concert que l'ensemble Instrumental « La Follia » a donné aux Tanzmatten à Sélestat, en hommage à Sébastien Le Prestre de Vauban (1633-1707), ingénieur militaire qui a construit beaucoup de forteresses.

Le concert a été très intéressant parce que les musiciens ont joué des pièces de compositeurs de différentes époques : Jean Baptiste LULLY (1632-1687), Heinrich Ignaz BIBER (1644-1704), Michel Richard DELALANDE (1657-1726), Georg Philipp TELEMANN (1681-1767), Igor STRAVINSKI (1882-1971), Samuel BARBER (1910-1981) et Julien François ZBINDEN (1917).
J'ai aimé toutes les musiques mais en particulier la suite burlesque Don Quichotte de Telemann.

Un beau moment de musique et une belle leçon d'histoire.


(Cécilia 9 ans)

8 février 2007 au théâtre de Colmar, "concert lecture Bach"

  Jeudi 8 février j'ai assisté à un concert très intéressant mêlant une biographie de Jean Sébastien Bach racontée par sa deuxième épouse  Anna Magdalena BACH à travers ses carnets intimes qui étaient lus par Marie-Christine BARRAULT
L'histoire a été illustrée musicalement par un grand violoniste jean-philippe AUDOLI qui nous a joué des extraits des Sonates et Partitas de JS BACH .
J'ai été particulièrement impressionnée par la Fugue en sol mineur ainsi que la Gigue de la 3ème Partita.

Petites précisions historiques pour les curieux :

Anna Magdalena Bach née Wilcke fut une chanteuse et musicienne allemande, seconde épouse de Johann Sebastian Bach.
Elle était la plus jeune fille d'un trompettiste travaillant pour la cour de Saxe-Weissenfels nommé Johann Kaspar Wilcke. Quant à sa mère, Margaretha Elisabeth Liebe, elle était fille d'un organiste. Elle était arrivée en 1720 à Köthen comme soprano à la cour du Prince Leopold d'Anhalt-Köthen. Elle y connut Johann Sebastian Bach qui était depuis décembre 1717 le maître de chapelle du prince. Bach étant devenu veuf par le décès de sa première épouse Maria Barbara survenu le 7 juillet 1720, il se remaria avec Anna Magdalena le 3 décembre 1721. Bach avait alors quatre enfants survivant de son premier mariage, entre 13 et 6 ans.
Le mariage fut heureux, les deux époux ayant en commun l'amour de la musique. Johann Sebastian écrivit de la musique à l'usage de sa femme et notamment les deux Petits livres de notes d'Anna Magdalena. Elle l'aidait également dans ses travaux de copie et de transcription. Le foyer familial était un lieu convivial où l'on organisait régulièrement des soirées musicales, en famille et avec les amis, les élèves, les invités.
Ils eurent ensemble treize enfants entre 1723 et 1742, parmi lesquels sept moururent en bas âge. Deux fils furent des musiciens de talent.
1.                Christiana Sophia Henrietta (* 1723 - † 1726)
2.                Gottfried Heinrich (* 1724 - † 1763)
3.                Christian Gottlieb (* 1725 - † 1728)
4.                Elisabeth Juliana Friederica, surnommée "Liesgen" (* 1726 - † 1781)
5.                Ernestus Andreas (* 1727 - † 1727)
6.                Regina Johanna (* 1728 - † 1733)
7.                Christiana Benedicta (* 1729 - † 1730)
8.                Christiana Dorothea (* 1731 - † 1732)
9.                Johann Christoph Friedrich, le Bach de Bückeburg (* 1732 - † 1795)
10.                Johann August Abraham (* 1733 - † 1733)
11.                Johann Christian, le Bach de Milan ou de Londres (* 1735 - † 1782)
12.                Johanna Carolina (* 1737 - † 1781)
13.                Regina Susanna (* 1742 - † 1809)
Après la mort de son mari en 1750, les fils s'étant dispersés, Anna Magdalena resta seule avec ses deux plus jeunes filles et Catharina Dorothea, l'aînée du premier lit. Les autres membres de sa famille ne se préoccupèrent pas d'elle et elle sombra progressivement dans la pauvreté, vivant de charité ou de subsides jusqu'à sa mort dans un complet dénuement.

(Cécile 11 ans )


Cliquer Cliquez ici pour vous abonner à ce flux RSS pour vous abonner au flux RSS du site. Cliquez ici pour vous abonner à ce flux RSSMise à jour : dimanche 1 juin 2014.